Jeûner

Depuis l’Antiquité, des médecins (Hippocrate, 460 av JC, prescrivait déjà des jeûnes à ses patients) associaient le jeûne au traitement de certaines maladies. De nos jours, la pratique est remise au goût du jour. Sans, à ce jour, d’études sérieuse pour prouvant une efficacité réelle (études randomisées en double aveugle) à l’exception de pathologies comme le diabète de type 2, les maladies inflammatoire (polyarthrite, PPR,…..), le syndrome du colon irritable, les maladies cardiovasculaires, certains cas de fatigues chroniques, ou encore pour renforcer/ stabiliser les résultats d’une perte de poids importante (ne pas considérer le jeûne comme une forme de régime!!!) dans des cas d’obésité, et peut-être aussi dans les maladie psychiques

Le jeûne est aussi un rituel religieux, associé à la prière et à l’aumône. On peut ainsi citer le ramadan, jeûne islamique qui dure un mois, ou le jeûne juif de yom kippour, ou encore le carême chrétien, mais aussi en inde (Gandhi jeûnait afin de purifier l’inde), dans le bouddhisme, et dans pratiquement toutes les cultures ou religions primitives. D’autres sages jeûnaient afin d’avoir une meilleure performance cérébrale (Platon, Socrate). La pratique du yoga en période de jeûne est également très positive au niveau des sensations. Il en va de même pour la méditation.

Le jeûne est le fait de stopper toute alimentation solide durant un laps de temps variant de 1 jour à 1 mois. Dans tous les cas de figure , le jeûne non hydrique (sans eau) me semble être la pire des conneries. On peut, par contre l’accompagner (en fonction de la durée) , d’une prise de jus de fruits, tisanes, bouillons de légumes, ce qui apporte minéraux, vitamines, hydrates de carbone et de substances végétales bio actives. On élimine ainsi grandement les risques de carences graves.

Le jeûne s’enclenche très rapidement après la cessation de la nutrition, et on commence dés lors à brûler les graisses stockées (les triglycérides) afin de les transformer en glycérol, qui se transforme lui même en glucose afin de nourrir le cerveau qui lui ne jeûne pas !!. Si vous poursuivez trop longtemps ce jeûne, après l’élimination de graisses, l’organisme va aller puiser dans les muscles des protéines pour les transformer en acides aminés, lesquels sont ensuite retransformés en glucose (néoglucogenèse, synthèse du glucose à partir de précurseurs non glucidiques). Là vous entrez dans une phase dangereuse.

Comment jeûner : Tout d’abord, ne pas le faire seul. Ensuite, voir avec un professionnel, quel type de jeûne peut être le meilleur dans votre cas.

Pour moi le jeûne alternatif (assez semblable au jeûne intermittent), est sans conteste le plus sûr lors d’une première approche. Journée type :

Matin : 1 à 2 tasses de tisane, avec éventuellement & cuillère à café de miel (sauf traitement d’un diabète de type 2)

A choisir dans la journée (midi ou soir, en fonction de votre planning): 1 bol de soupe de légume, 1 salade (suivant saison), 1 laitage ou des fruits secs (amandes, noix (macadamia, cajou, brésil ou noix), noisettes, ….), à heure fixe dans la journée, sur une période d’une heure.

Midi ou soir, en fonction de votre choix précédent : 25cl de bouillon de légumes, ou 25 cl de jus de légumes frais (nécessite une centrifugeuse), tisane.

Goûter : 1 à 2 tasses de tisane, sans glucides.

A faire pendant 5 à 7 jours.

Le jeûne modifié, en seconde intention, quand on maîtrise mieux son corps et les réactions qui lui sont propres, avec une journée type :

Matin : 1 à 2 tasses de tisane, avec éventuellement 1 cuillère à café de miel (sauf traitement d’un diabète de type 2)

Midi :25cl de bouillon de légumes, ou 25 cl de jus de légumes frais (nécessite une centrifugeuse), ou 25 cl de jus de légumes frais dilués dans 1 litre d’eau.

Goûter : 1 à 2 tasses de tisane, sans glucides.

Soir : 25cl de bouillon de légumes, ou 25 cl de jus de légumes frais (nécessite une centrifugeuse). Même durée que précédemment.

Au delà de 5 jours de jeûne, la réintroduction de l’alimentation doit être progressive, et à voir au cas par cas avec un thérapeute. Au vue des derniers éléments, sur des études neutres, je me permet de déconseiller fortement le jeûne dans les indications de cancer, particulièrement avec les rayonnements ionisants, mais également avec la chimio (et j’en ai eu un, donc je parles aussi en connaissance de cause!!!).

Le jeûne hydrique : période ou l’on ne consomme que de l’eau. A réservé aux habitués, et aux personnes ayant déjà effectué cette pratique dans un cadre précis (stage ou retraite encadrée). Je ne saurai trop le conseiller au delà de 3 jours, les carences en vitamines et minéraux pouvant avoir des effets pervers sur l’organisme. D’ailleurs pour ce type de jeûne, je conseille comme boisson de l’eau de source fortement minéralisée, des baisses trop sévères de certains sels minéraux pouvant entraîner des vertiges et donc des chutes (hématomes, fractures, ….), et une carence en potassium pouvant avoir des conséquences cardiaques lourdes !! Ces risques n’existent pas dans les 2 premières solutions évoquées.

Au delà de ces trois formes majeures du jeûne, et sans vouloir rentrer dans des considérations philosophiques ou religieuses sur les motivations de chacun, il existe différentes autres variantes, ainsi que des pratiques, que je considère comme dommageables. Je ne les aborderai pas ici. Je préfère faire du bien aux gens, plutôt que de leur nuire.

Les bénéfices reconnus sur la santé, concernent le diabète, l’hypertension, la prévention des maladies inflammatoires chroniques (asthme, mais aussi potentiellement certaines maladies neurodégénérative, car le jeûne semble agir sur les processus du vieillissement). Je rappelle mon opposition à l’utilisation de ce dernier dans les cancers. Les études que nous possédons et qui sont neutres ne montrent aucune amélioration physiologique à ce jour chez l’homme. Concernant ce dernier (le cancer), on sait que le jeûne associé à la chimiothérapie chez le rat, a induit des résultats remarquables, le problème est que le métabolisme du rat est très différent de celui de l’homme ; sa résistance aussi. Par exemple un rat survit à des dose de radiations 3 fois supérieures à celles qui tuerait un homme.Mais pour autant, si on n’avait pas cette information, devrait-on irradier des humains aux mêmes dose que le rat pour voir??? Donc, n’associez pas les 2 . D’ailleurs si dans votre entourage vous avez eu un proche décédé d’un cancer, il était très certainement très maigre bien avant son décès, ne mangeait plus rien depuis un moment avant sa mort, et il n’a pas guéri pour autant !!!! Vous allez penser que je rabâche, mais votre vie est importante, et ayant eu moi-même un cancer et perdu 24 KG, je peut vous affirmer que sans nutrition, je mangerai les pissenlits par la racine!!! . Ne prenez pas des vessies pour de lanternes et ne mélangez pas jeûne et cancer sur les seules affirmations d’apprentis sorciers qui vous confondent avec des rats !!!!

Les effets secondaires du jeûne, peuvent être au départ une sensation de froid, des maux de tète, des nausées, des douleurs gastriques, la sensation de faim. Elle s’estompent d’elles même ou bout de 2 à 3 jour maximum. Si vous restez dans les 2 premières formes de jeûne (alternatif, modifié) ou que vous buvez de l’eau à forte teneur en minéraux, vous devriez éviter les risques d’hypotension et les crampes. Mais si vos symptômes persistent , appelez votre thérapeute, et si vous pratiquez seuls (non recommandé), le mieux c’est de cesser ce jeûne, ou , en fonction des troubles boire de l’eau salée et légèrement sucrée (miel). Et cette fois, si la situation reste la même cessez le jeune en mangeant des fruits frais de saison et secs en petite quantité, voir consultez votre thérapeute ou votre médecin.Vous pouvez aussi, à titre préventif, avoir un complément en minéraux et vitamines à prendre avec de l’eau, quotidiennement, afin d’éviter toute carence.

Les contre-indications sont formelles, en cas de cachexie (amaigrissement très intense), anorexie, insuffisance rénale ou hépatique, femmes enceintes ou allaitantes, enfants de moins de 16 ans, diabète de type1. Ne faites pas de jeûne, non plus, en cas d’ulcère de l’estomac, dépendance alcoolique, et n’en faites pas sans contrôle médical strict en cas de sclérose en plaque et si vous êtes facilement en hypoglycémie.

Enfin, ne pas oublier que même si vous allez forcément mincir en cas de jeûne, et particulièrement si celui- ci dépasse 3 jours, le jeune ne doit pas être une forme de régime. Le risque de yoyo est trop important. Pour un régime, consultez votre médecin, thérapeute, et/ou un(e) nutritionniste.

Voilà ce que je pouvais vous en dire. N’hésitez pas à me contacter en cas de besoin.

Bon jeûne!

1 réflexion sur « Jeûner »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close